CRITIQUE// Les revenants, une série pas comme les autres

Actuellement diffusée sur Canal +, la série Les revenants réalisée par Fabrice Gobert apporte du sang neuf dans la veine fantastique et nous redonne envie de croire aux productions françaises.

Le thème des zombies, comme source d’inspiration scénaristique, n’est sans doute pas des plus innovants. Il est pourtant abordé ici avec beaucoup d’inventivité et de finesse : nous sommes à des années-lumière des habituelles séries du genre qui ne font pas dans la dentelle. Pas de sensationnalisme dans le surnaturel donc ; pas de zombies désarticulés et grimaçants, un minimum d’hémoglobine. Les personnages sont la clef du succès, et l’attachement qu’on leur porte dès le départ  garantit sans nul doute notre fidélité à la série.

L’histoire : dans un village de montagne, plusieurs personnes désorientées réapparaissent soudain. Camille, l’ado décédée dans un accident de car, Simon, disparu le jour de son mariage, et l’énigmatique petit Victor, ignorent qu’ils sont morts et tentent de retrouver une place qui n’est plus la leur. Car leurs proches, qui contrairement à eux ont vieilli, ne les attendent plus. Que faire quand le passé resurgit alors qu’on n’y est pas préparé ? Comment gérer l’inconcevable ? Faut-il accepter les yeux fermés ou s’enfermer dans le déni au nom de la sacro sainte réalité ? C’est cette mise en abyme dont il est question, pour les vivants comme pour les revenants.

Les acteurs (pour la plupart encore méconnus du grand public) sont épatants, et les décors naturels impressionnants, stylisés et sublimés par la mise en images et la lumière. Le choix du village,  confiné, encadré de hautes montagnes à proximité d’un grand barrage accroît la tension et l’angoisse ressenties, laissant une impression de huis-clos fantastique à la David Lynch. Car l’ombre du maître plane bel et bien sur la série tant certaines scènes, par leur esthétique, par la musique aussi, nous projettent incontestablement dans l’univers de Twin Peaks.

Justement saluée comme étant l’une des belles surprises de cette fin d’année, Les revenants nous amène à porter un regard neuf sur la fiction française à la télévision. De quoi alimenter l’impatience avec laquelle on attend la suite…

Maryse Decool

 

2 Replies to “CRITIQUE// Les revenants, une série pas comme les autres”

  1. Très juste analyse que celle de Maryse. Jointe à ce que j’ai déjà pu lire sur cette nouvelle série, l’envie d’aller voir est au rendez-vous, malgré que je ne sois pas du tout une fan incontestée de zombies.
    Ici les revenants semblent interpeler davantage nos convictions profondes, que la simple envie de provoquer de délicieux frissons de la peur.
    Une série dont il se pourrait que je devienne accro… dès qu’elle passera sur les chaines non cryptées… :))
    Cordialement
    Cat

  2. À noter que cette série récolte en ce moment même les louanges de nos amis britanniques qui la découvrent sur Channel 4 (sous le nom The Returned) !

Comments are closed.

Facebook
Twitter