CRITIQUE// « Samsara », un film de Ron Fricke

Samsara

Magnifique effroi.

Avec Samsara, documentaire tourné en 70mm, cortège d’images sans paroles porté par des musiques extatiques, Ron Fricke donne une forme détonante à sa propre vision du monde. Tantôt colorée et joyeuse, tantôt  foncièrement pessimiste, mais toujours superbe à regarder.

Pourtant, le début a plutôt de quoi laisser le spectateur sur sa faim. Le défilé de décors naturels est splendide, certes, mais il traîne en longueur et donne aux premières minutes un air de diaporama photos assez plat, accentué par une utilisation trop répétitive du time-lapse. Ce n’est que lorsque l’être humain et ses actions sur le monde apparaissent à l’écran que Samsara devient réellement intéressant et prend une toute autre dimension. Il faut voir ces incroyables mouvements de masse (notamment le passage de la Mecque) et les images sidérantes de ces villes en perpétuelle transformation pour comprendre le paradoxe qui anime le film : la démesure des hommes constitue tout autant leur grandeur que leur principal défaut, celui qui les fait probablement courir à leur perte.

Si le film dépeint l’universalité des fautes de l’Homme et l’anthropomorphisation de la planète dans un élan philosophique légèrement misanthrope, ce n’est que pour mieux souligner la puissante beauté de cet effroi. Samsara s’offre comme une expérience sensorielle unique, un objet rare, magnifique et intelligent, presque mystique. 

Joris Renaud


Notre avis[rating=5]

Samsara,
Un film de Ron Fricke
Avec Marcos Luna, Putu Dinda Pratika, Puti Sri Candra Dewi

One Reply to “CRITIQUE// « Samsara », un film de Ron Fricke”

Comments are closed.

Facebook
Twitter