CRITIQUE// A Bobino, Blanche-Neige se déhanche sur du jazz !

LesZebres Blanche NeigeOn connaît tous l’histoire de Blanche-Neige. Ce que l’on sait moins, c’est que la demoiselle et ses sept acolytes savent fredonner davantage que leurs deux tubes éculés (« Un jour, mon prince viendra… » pour celle qui se lamente et « Heigh-ho » pour ceux qui rentrent du boulot). Sur la scène de Bobino aux décors et lumières toujours impeccables, Julie et André Manoukian font jazzer et swinguer tout le petit monde du conte des frères Grimm, façon comédie musicale. Car oui Monsieur, des nains, ça danse au son d’une trompette. Et une reine tyrannique, ça crache son venin d’une voix de Castafiore endiablée. Malgré la durée un peu audacieuse du spectacle, les petits se régalent de cette mise en scène entraînante qui dose à leur juste mesure fantaisie et émotion. Même les plus grands, venus accompagner les bouts de chou, ne peuvent pas s’ennuyer. Preuve en est : au final, c’est l’ensemble du public qui tape des mains au rythme des mélodies allègres. Qui a dit que Blanche-Neige n’offrait que du déjà-vu ?

Théo Debors

Facebook
Twitter