CRITIQUE// « Oblivion », un film de Joseph Kosinski

Oblivion

Pour son deuxième film après Tron l’Héritage, Joseph Kosinski, ancien publicitaire, adapte son propre roman graphique futuriste avec Tom Cruise en tête d’affiche. Affranchi des studios Disney et fort d’un budget – confortable – de 150 millions de dollars, il nous offre sa vision d’une Terre ravagée par une guerre contre des mutants ayant fait fuir les rares survivants, où seuls deux êtres humains subsistent pour protéger les machines qui récupèrent les ressources restantes. Un scénario signé Michael Arndt (Little Miss SunshineToy Story 3), efficace mais avare en action et souvent téléphoné.

N’espérez pas un divertissement spectaculaire : si certaines séquences remplissent leur quota de fusillades, le film est relativement poseur et le rythme un brin trop contemplatif. Heureusement, les lumières sont particulièrement belles et la réalisation classieuse de Kosinski réserve quelques très jolis plans (celui de la piscine par exemple). Reconnaissons aussi que la netteté et le piqué des images tournées en 4K renforcent l’immersion ; Kosinski a su résister à la mode de la 3D et c’est tant mieux.

Pour autant, on ne peut s’empêcher de ressentir comme une sensation de déjà vu, un manque de nouveauté dans le monde de la science fiction. Si l’univers proposé est soigné et efficace, il n’arrive pas à nous embarquer totalement et le spectateur reste tenu à distance du sort des personnages (bien campés par des acteurs qui font le boulot, notamment Andrea Riseborough, pleine de grâce et de retenue). Pas de souffle épique donc, pas de frisson d’angoisse, pas de palpitation cardiaque ni de scène marquante : un film agréable qui ne provoque pas grand-chose, à l’image de la bande son du français M83.

Joris Renaud


Notre avis : ***

Oblivion,
Un film de Joseph Kosinski
Avec Tom Cruise, Olga Kurylenko, Morgan Freeman

Facebook
Twitter