CRITIQUE// « Les amants passagers », un film de Pedro Almodóvar

amants-pasagersSauve qui peut.

Mais qu’est-il donc arrivé à Pedro Almodóvar ? Où sont donc passés sa truculence, son foisonnement d’idées et son joyeux foutoir ? Le moins que l’on puisse dire après avoir vu son dernier film Les amants passagers, c’est que son retour ne fonctionne pas et qu’il nous avait habitués à beaucoup mieux.

L’histoire est simple : à la suite d’une avarie, les passagers d’un avion en partance pour le Mexique sont contraints de tourner en rond dans les airs, jusqu’à ce qu’une piste soit enfin dégagée pour un atterrissage en catastrophe. Le film est un huis-clos, procédé théâtral dont on pouvait espérer le meilleur mais qui ne tient pas ses promesses. Là où d’aucuns ont vu une traduction de la société espagnole en crise et sans horizon, une métaphore dans laquelle le peuple (la classe éco) est anesthésié et leurré pendant que les privilégiés (la 1ère classe) trompent leur angoisse en s’adonnant à tous les plaisirs, il n’y a en réalité qu’un scénario faiblard et une intrigue poussive.

On attendait la flamboyance, l’ironie déjantée et parfois trash, la subtile émotion, en un mot tout ce qui fait la marque de fabrique du cinéaste. A la place, on ne trouve que manque de finesse, humour laborieux et situations vulgaires. Les personnages, habituellement hauts en couleur, forts en gueule et attachants sont ici simplement agaçants, creux et stéréotypés. Contrairement à son avion, le film d’Almodóvar ne décolle pas. Mais comme lui, il stagne longuement sans trouver d’autre issue que d’atterrir périlleusement. Le réalisateur ne tire rien de drôle, de touchant ni de profond des caricatures qu’il met en scène. Du numéro de cabaret gay aux confidences des personnages, les péripéties sont sans saveur ; bref rien ne prend. On ne s’amuse pas et, pire, on s’ennuie.

Les amants passagers n’est pas un bon Almodóvar. C’est juste une parenthèse dans la carrière de ce cinéaste brillant, baroque et iconoclaste. A oublier pour passer au prochain.

Maryse Decool


Notre avis : *

Les amours passagers,
Un film de Pedro Almodóvar
Avec Javier Cámara, Carlos Areces, Raúl Arévalo

One Reply to “CRITIQUE// « Les amants passagers », un film de Pedro Almodóvar”

  1. C’est vrai qu’on est loin de l’Almodova qu’on aime ! Merci les Zébrés pour vos critiques toujours pertinentes que je lis régulièrement avec plaisir !

Comments are closed.

Facebook
Twitter